Interventionnisme français en Afrique: Deux poids, deux mesures

Publié le par Mahalia Nteby


Cette année 2006 qui s’achève aura été marquée par une recrudescence de l’intervention importune des Français dans les affaires africaines, sous prétexte des accords de coopération. Voilà une “ ex-puissance ” tutrice, qui, 46 ans après les prétendues indépendances se trouve encore obligée de jouer les gendarmes en Afrique. Ceux qui veulent une preuve que la France est passée à côté de la plaque, s’agissant du rôle à elle assigné par les Nations Unies dans les accords de tutelle, après la deuxième guerre mondiale sont servis.

Lorsqu’on jette un coup d’œil rétrospectif dans l’histoire l’on constate d’ailleurs que de la Conférence de Brazzaville en 1944, où a germé l’idée de l’union française à la Communauté franco africaine rejetée par Sékou Touré en 1958, en passant par loi cadre en 1956, la France a multiplié les artifices pour maintenir son emprise sur ses territoires d’outre mer en général et ceux d’ Afrique en particulier, avant d’être obligée, de guerre lasse, d’accorder l’indépendance, une indépendance de façade sous la pression des Nations unies, les coups de boutoir des partis nationalistes tels que l’Upc au Cameroun, et les autres évènements tels que la défaite de Dien Bien Phu en Indochine, et le début de la guerre d’Algérie.

Ce rappel historique est important pour comprendre l’état d’esprit des Français, qui jusqu’aujourd’hui, n’arrivent pas à se départir de leurs élans colonialistes, malgré ce que peut en penser le plus français des Hongrois, et candidat à la succession de Jacques Chirac au poste de président de la République, Nicolas Sarkozy.

La France devait aider les territoires sous son contrôle à s’émanciper ; où en est-on aujourd’hui ? C’est comme ce père qui, ayant raté l’éducation de son enfant se trouve contraint d’intervenir tout le temps dans son foyer soi disant pour ramener la paix. Non Tout cela n’est pas sérieux.

La France est obligée d’intervenir pour soutenir les régimes autocratiques, incompétents et corrompus, des régimes arrogants qui, assurés du soutien de leur parrain gaulois narguent leurs oppositions et se livrent à toutes sortes d’exactions contre leurs populations ; ces interventions obéissent à une logique qui défie la logique cartésienne qu’ils étaient censés nous inculquer par leur prétendue mission civilisatrice. jugez – en vous-même : pour des raisons peu évidentes, qui restent à élucider, Ange-Félix Patassé, président élu de la République Centrafricaine n’a pas bénéficié des dispositions avantageuses des accords de coopération quand il faisait face à la rébellion de François Bozizé en octobre 2002 ; il a été finalement renversé par un coup d’état alors qu’il était en déplacement à l’étranger le 15 mars 2003 ; une fois au pouvoir, Bozizé a organisé des élections et s’est porté candidat, violant ainsi une promesse qu’il avait faite lorsqu’il était en brousse. La France s’est donc abstenue d’intervenir, et pour des raisons qui demeurent obscures.

Voilà que Bozizé au pouvoir, il doit aussi faire face à une rébellion en novembre – décembre 2006 ; que fait la France ? Elle intervient, et pourchasse les rebelles ; au nom de quoi ? Allez donc savoir. De la à penser que Bozizé a conclu des accords secrets de partage léonin des richesses centrafricaines avec la France (ce n’est l’ami Giscard qui mous démentira, lui qui a bénéficié des largesses diamantifères d’un certain Bokassa) il n’y a qu’un pas. Il est vrai que Patassé n’était pas un enfant de chœur, et qu’il ne mérite absolument pas que l’on s’apitoie sur son sort.

Rendons nous maintenant en Cote d’Ivoire. Voilà un pays naguère prospère, dont la France aurait pu être fière, qui depuis 2002, est divisée en deux à cause d’une rébellion que la France refuse de combattre comme elle le fait au Tchad et en Centrafrique. Qu’ont fait Ange Félix Patassé et Laurent Gbagbo pour ne pas bénéficier de l’appui de l’armée française ? Ce qui est curieux en Cote d’ivoire c’est qu’une rébellion armée soit traitée comme un parti d’opposition ordinaire ; les médias français s’obstinent à l’appeler l’“ ex-rébellion ”, alors que ses promoteurs refusent de déposer les armes, et ont mis en coupe réglée la presque moitié du territoire ivoirien. On découvrirait bien des surprises, si l’on voulait connaître les sources de financement des rebelles, qui au début de la rébellion en 2002, était mieux équipés que l’armée ivoirienne. Sans le soutien de l’Afrique du Sud et de l’Angola, il y a longtemps que le régime de Gbagbo aurait été renversé !

Que cherche la France en Afrique ? Ou mieux, que peut la France sans l’Afrique ? Telle est la véritable question qui se pose et à laquelle il faudra bien répondre tôt ou tard.

Jean-Claude Tchassé in Le Messager, 12 janvier 2007

Publié dans Politique africaine

Commenter cet article

AMADOU DIARRA 12/01/2007 23:20

la survie de la france dépend de l\\\'Afrique,que cette france pille de façon honteuse.il faut que nous nous inspirons de la résistance du vaillant peuple Algérien pour combattre la france sangsue,ces français  vrais traîtres, diviseurs,racistes,xénophobes et très dangereux pour la paix mondiale.il faut que les Africains se  décomplexent .tout dépend des Africains même.