Communiqué de LIDER relatif à la situation au Mali

Publié le par Mahalia Nteby


carte mali


Communiqué n°007/PDT/BDP/CAB relatif à la situation au Mali


En date du 22 mars 2012, à cinq semaines du scrutin présidentiel, un coup d’Etat conduit par des éléments se revendiquant du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDR) a renversé le gouvernement légitime du Mali, dirigé par le Président Amadou Toumani Touré. Les putschistes ont justifié le renversement des institutions démocratiques par la défaillance du gouvernement dans le traitement de la rébellion Touareg, déclenchée à la mi-janvier 2012, qui a infligé de lourdes pertes à l’armée malienne, provoqué l’exil de plus de 126.400 personnes et vu la dématérialisation de l’intégrité territoriale du Mali.

Il existe une corrélation évidente entre la guerre menée par l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en 2011 en Libye et l’avancée fulgurante de la rébellion, qui bénéficie de moyens accrus et occupe dorénavant les villes de Kidal, Gao et Sango.

LIDER condamne toute forme de coup d’Etat et de rébellion.

LIDER rappelle que la première atteinte à la légalité constitutionnelle malienne a été la désintégration de la souveraineté territoriale du Mali du fait du déclenchement de la rébellion Touareg.

LIDER souhaite que toutes les atteintes à l’ordre constitutionnel malien, à savoir la désintégration du territoire et le coup d’Etat, soient prises en compte dans le règlement urgent et global du problème.

LIDER recommande que toutes les parties prenantes acceptent de travailler dans le cadre de la Constitution malienne.

Pour ce faire, LIDER demande aux membres du CNRDR de libérer les ministres, serviteurs et autres commis de l’Etat mis aux arrêts et de rétablir l’armée dans son rôle institutionnel.

LIDER souhaite que le Président Amadou Toumani Touré assume ses responsabilités jusqu’au dernier jour de son mandat ou, à défaut, programme la vacance du pouvoir telle que prévue par la Constitution malienne.

LIDER suggère aux institutions restaurées de prendre en compte les revendications légitimes formulées par l’armée dans la solution constitutionnelle transitoire globale.

LIDER conseille aux autorités légales maliennes issues de la solution transitoire globale d’engager sans tarder des négociations franches avec les rebelles Touareg pour éviter l’éclatement définitif du Mali.

LIDER préconise que l’intégrité territoriale du Mali soit restaurée avant l’organisation d’élections.

LIDER souhaite que les choses soient réglées dans l’intérêt exclusif du peuple malien, de la façon la plus pacifique, pour un retour à la démocratie qui a caractérisé le Mali ces 20 dernières années, avec pour objectif la préservation de l’intégrité territoriale du pays.

LIDER invite la communauté internationale – et plus spécifiquement l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’OTAN – qui s’est fortement impliquée dans la guerre en Libye, à urgemment assumer pleinement son rôle dans la gestion et l’éradication de ses conséquences concrétisées par la malheureuse situation malienne.

LIDER demande à la CEDEAO de poursuivre ses efforts dans le sens de la médiation.

LIDER attire l’attention de la CEDEAO sur l’existence du même problème Touareg au Niger, qu’il serait judicieux d’intégrer dans le cadre d’une solution sous régionale globale.

LIDER appelle tous les acteurs de la crise à faire preuve de retenue et de sagesse, dans l’intérêt du peuple malien et de la stabilité sous régionale.

LIDER continuera de mettre en œuvre ce qui est en son pouvoir pour la résolution pacifique de la situation au Mali.
 

Fait à Abidjan le 31 mars 2012

 

Pour la Direction du Parti

 

Mamadou KOULIBALY

Président de LIDER

 

Publié dans Politique africaine

Commenter cet article