Le ministre de l'Insalubre

Publié le par Mahalia Nteby



Cinq ans déjà que la France, ayant tombé le masque, a massacré – au vu et au su de la planète - une centaine d’Ivoiriens aux mains nues descendus défendre leur patrie. Chaque année, en hommage à ces héros qui, par leur courage et le sacrifice de leurs vies, ont sauvé le régime du Président Gbagbo, je fais déposer une gerbe de fleurs en leur honneur au monument aux Martyrs à Abidjan. M’y étant rendue le 6 novembre, j’ai failli tomber à la renverse, tant l’odeur pestilentielle m’a frappée de plein fouet au sortir de la voiture. Quelle insulte faite à nos Martyrs que ces caniveaux débordant de boue, de détritus, d’excréments qu’il faut franchir pour aller s'incliner au pied des stèles qui leur sont dédiées !!!

Un peu plus loin, en direction du Plateau, juste avant la Corniche, le carrefour de l'Indenié. Un jour, il y a un peu plus de deux ans, nous avons vu des lampadaires, plantés à un mètre d’intervalle l’un de l’autre, qui avaient poussé comme par magie, illuminant un gazon rutilant. A Noël, des décorations bizarres, au design proche de la symbolique maçonnique, y avaient même été installées. De la belle ouvrage, ont pensé certains. Sauf que cette « création », qui a englouti trois cent millions de francs CFA généreusement offerts par le Président de la République, selon les dires mêmes de celui qui en revendiquait alors bruyamment la paternité, le souvent toqué ministre de la Ville et de la Salubrité urbaine Mel Eg Théodore (UDCY), est située au beau milieu de caniveaux non entretenus, à proximité de la Lagune. Ne pouvant être utilisée comme terrain de jeu par les enfants ni comme parc de promenade, parce qu’elle se situe au beau milieu d’un carrefour à grande circulation, cette place n’avait donc d’autre vocation que «d’être jolie», selon son auteur. Eh bien, pour être joli, c’est un magnifique bourbier qu’il nous a mijoté, le ministre de l’Insalubre. Dès qu’il pleut, les caniveaux débordent, inondent toute la fameuse place d’un magma boueux agrémenté de déchets et de pourritures dignes des pires favelas de Rio de Janeiro, qui rend totalement impraticable toute circulation des biens, des personnes et des véhicules en créant un paysage dangereux, révoltant et ubuesque ainsi que des embouteillages monstres.

Je crois que Mel Eg Théodore doit restituer les trois cent millions qu’il a reçus et qui auraient plutôt dus être investis dans le dragage de caniveaux. Je crois que Mel Eg Théodore doit rendre des comptes au sujet des six milliards de budget octroyés par la Banque Mondiale pour l’opération « Abidjan Ville Propre en trois mois» lancée fort médiatiquement par le Président de la République le 12 mars 2009 et dont aucun résultat n’est visible à ce jour. Je crois que Mel Eg Théodore mérite d’être attaché à un de ses lampadaires à la prochaine pluie, afin de déguster en première ligne l’indicible merdier qu’il impose aux Abidjanais. Je crois que Mel Eg Théodore doit être démis de ses fonctions et attrait devant un tribunal, pour avoir transformé durablement Abidjan en ville-poubelle.

Le développement commence par la salubrité. A quoi cela sert-il d’avoir des écoles et des universités à chaque coin de rue, si pour nous y rendre, nous devons trébucher sur des montagnes d’ordures, si quand nous rentrons chez nous, c’est pour être asphyxiés par les émanations fétides de la lagune, des caniveaux, des décharges à ciel ouvert ? Et pourtant, les solutions existent. La salubrité, c’est une question de stratégie, de volonté, de moyens, de compétences et d’éducation. De tout cela, la Cote d'Ivoire ne manque pas.

Je crois qu’il est temps que chacun prenne ses responsabilités et que l’on cesse de maintenir des gens notoirement incapables dans des fonctions qu’ils contribuent à déshonorer de façon permanente, en précarisant encore plus la santé des habitants de nos cités.

A bon entendeur,

Mahalia Nteby

Publié dans Edito

Commenter cet article

Laëtitia 13/11/2009 19:48


Il faut arrêter de reporter toutes les fautes sur le gouvernement et se poser la question de savoir ce que font : le maire du Plateau et le Gouverneur du District d'Abidjan !
Si la décentralisation a eu lieu c'est bien pour que les collectivités locales puissent s'organiser et s'occuper de ce type de problèmes.
Bien sûr il y'a des problèmes liés aux fortes pluies dans notre pays et à la gestion su ramassage des ordures ménagères. 
Mais que dire du comportement des Abidjanais eux même qui jetent tout et n'importe quoi dans les rues ???