L'hiver colonial

Publié le par Mahalia Nteby

asservissement.gif

Après une semaine de bombardements sur Abidjan et le massacre de milliers de civils, l'État français a capturé Laurent Gbagbo. L'objectif est immuable : contrôler ce pays pétrolier par l'imposition d'une pseudo-démocratie acquise à la spoliation de son riche sous-sol au profit de l'Occident. Se cachant derrière des Nations-Unies à la solde des USA, le shérif français a revalidé un vieux concept nord-américain : la démocratie s'impose de l'extérieur. A coups de trucages électoraux, de propagande médiatique et de missiles dernier cri ! Par ses crimes de guerre en Afrique, la France de Sarkozy est définitivement entrée dans l'Histoire. Comme une puissance coloniale névrosée qui s'accroche «à son rang», en écrasant dans le sang toute velléité d'indépendance...

Il y a presque un an, la Belgique et la France commémoraient le cinquantenaire des «indépendances» africaines. Le géant Congo-Kinshasa était officiellement à la fête chez les Belges ; 17 pays d'Afrique du Nord et de l'Ouest, chez les Français. En ce triste jubilé, l'omission politique des-vérités-qui-dérangent étaient bien sur de rigueur. Suivie des habituels mensonges servis au dessert : «Il y a en Afrique toutes les formes de gouvernement. La France n'a pas pour vocation de s'ingérer dans les affaires locales ; elle travaille avec les gouvernements reconnus (...) La relation entre la France et l'Afrique ne serait jamais banale, mais elle est en train de devenir normale»... Tenus en février dernier par l'ex-ministre UMP Jacques Toubon, ces propos confirment l'ampleur de la déconnexion du personnel politique françafricain. Des mots ubuesques émis tandis que la crise électorale ivoirienne battait son plein, que l'État français - lourdement impliqué dans la partition de ce pays d'Afrique de l'Ouest depuis 2002 - réaffirmait son soutien à Alassane Ouattara et que Sarkozy jouait, sur la scène européenne, le barde des sanctions économiques contre Laurent Gbagbo. En termes de «vocation à ne pas s'ingérer», on allait voir pire et beaucoup plus sanglant.

Cadrage médiatique mensonger

Après trois mois d'intox et d'omissions diverses martelées par les médias-aux-ordres, l'ennemi des espoirs démocratiques africains lançait ouvertement son pays dans une guerre contre la Côte d'Ivoire. Finies les ruses, manœuvres et cachotteries de couloirs : l'agent franco-américain Ouattara risquait de perdre la partie. Comme tous ses prédécesseurs dès qu'il s'agit d'Afrique, Sarkozy s'est également assis sur les prérogatives de son gouvernement et celles des députés de l'Assemblée Nationale.

Premier acte : réarmer et conseiller la rébellion du nord pro-Ouattara afin qu'elle attaque la capitale économique Abidjan. Objectif : renverser par les armes Laurent Gbagbo, président reconnu par le Conseil constitutionnel. La plus haute juridiction ivoirienne inlassablement dépeinte comme un «collectif sous influence» par quelques puissances «démocratiques» d'Occident, autoproclamées «Communauté internationale». Contrastant avec les médias menteurs payés pour minimiser ou absoudre le rôle colonial de la France, l'indépendant Canard enchaîné lâchait le 6 avril : «Selon plusieurs témoignages d'officiers supérieurs au «Canard», la France a appuyé la conquête du sud du pays par les forces de Ouattara. L'un d'eux, proche de l'Élysée, se félicite de 'notre efficacité dans l'organisation de la descente sur Abidjan'. Il est vrai qu'en moins de quatre jours les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) ont parcouru, sans grande résistance, la moitié du pays. Un autre galonné, membre des services de renseignement, confie : 'On a fourni des conseils tactiques aux FRCI', mais aussi 'des munitions et des Famas' (fusils d'assaut)».

Deuxième acte : les forces française Licorne - dont l'une des spécialités est de tirer sur des civils désarmés - enchaînait avec le bombardement continu de sites stratégiques d'Abidjan dont la résidence présidentielle. A proximité de laquelle s'était rassemble un millier de civils. Bilan provisoire : plus de 2500 morts (civils et militaires) dans la seule nuit du 4 au 5 avril. Un chiffre qui n'est toujours pas mentionné, repris ou contesté par les médias français. Si «les combats font rage», il semble «surhumain» d'établir une estimation du nombre de victimes dues aux bombardements français... A cette nouvelle boucherie made in France s'ajoute celle de Duékoué, commise par la rébellion pro-Ouattara (réarmée par la France). Près d'un millier de victimes abattues ou découpées à la machette. Sans compter le nombre indéterminé de cadavres dans les zones occupées par les rebelles et la force Licorne ; le pillage des banques et du cacao ivoiriens par la force Licorne, etc.

Troisième acte : l'arrestation de Laurent et Simone Gbagbo. Les bombardements préalables ont permis de perforer le bunker présidentiel. Une trentaine de chars encerclent ensuite la résidence présidentielle pendant que trois hélicoptères assurent la couverture aérienne de l'opération. La garde présidentielle décide de se rendre. Les forces spéciales de Sarkozy défoncent le portail de la résidence, arrêtent Gbagbo et le livrent aux rebelles pro-Ouattara. Histoire de tenter d'accréditer une énième mascarade de «non-ingérence française»...

En s'éloignant des charlatans de «l'intervention humanitaire» et autres «protecteurs des populations civiles», une double question s'impose. Pourquoi cette agression coloniale et pour défendre quels intérêts ? Cette interrogation cruciale bénéficiera-t-elle enfin d'une saine confrontation d'arguments dans les médias occidentaux ?

Les démocrates à temps partiel

Suite à la proclamation des résultats électoraux définitifs par le Conseil constitutionnel ivoirien, le récit médiatique européen de la crise africaine a soulevé une débauche de «complexité». «Alassane Ouattara, le président reconnu par la communauté internationale» est empêché d'exercer ses fonctions par le «président sortant Laurent Gbagbo qui s'accroche au pouvoir». Le «bon» démocrate du FMI contre le «mauvais» tyran d'Abidjan. Cette habituelle diabolisation justifiant l'impérialisme guerrier contredit le discours selon lequel la Côte d'Ivoire demeure un pays souverain et ses Institutions, légitimes. Tout le problème est là. Ajouté au péché originel de toutes les parties d'avoir entériné un processus électoral bancal sans désarmement préalable de la rébellion nordiste. Pour autant, même dans ces funestes conditions, les deux candidats à la présidence ivoirienne ne se sont pas soumis au suffrage d'une pseudo-communauté internationale, mais bien à celui des Ivoiriens et de leur Institutions...

Lorsque le Conseil constitutionnel n'a pas reconnu Alassane Ouattara comme président, en démocrate cohérent, le candidat malheureux devait se retirer. Son parrain Sarkozy, qui avait lui-même souligné le rôle décisif du Conseil constitutionnel, aurait du, en démocrate cohérent, reconnaître la victoire de Laurent Gbagbo. Enfin, l'ONUCI ne pouvait faillir à son devoir d'impartialité au bénéfice d'Alassane Ouattarra. Mais dès qu'il s'agit de contrôler les richesses de la Côte d'Ivoire, tout ce «beau monde» n'est plus démocrate et retrouve ses pulsions coloniales. Donnant libre cours aux coups tordus, à la propagande et à l'agression militaire d'un pays membre des Nations-Unies. Peu importe qu'en 2000, aux États-Unis, une crise électorale quasiment similaire a conduit la Cour suprême américaine à trancher en faveur de Georges W. Bush. Le candidat malheureux, Al Gore, comme le reste de la planète, se sont incliné. Par souci démocratique pour le premier et parce qu'aucun pays - encore moins l'ONU ! - n'envisagerait de s'ingérer dans les affaires intérieures de la première puissance militaire mondiale.

La crise ivoirienne et l'historique résistance de Laurent Gbagbo ont rendu limpide la détermination criminelle de ce colonialisme prédateur occidental en Afrique. Au-delà des discours et des fêtes hypocrites aux pseudo-indépendances, chacun a pu constater que les règles de souveraineté démocratique sont réservées aux seuls pays occidentaux, riches et surarmés. Et les USA d'Obama veillent au statut quo ! Avec le développement des bases militaires de l'Africom, tandis que les armées françaises se chargeront de bombarder les chefs d'États africains aux velléités d'indépendance.

Des évidences à ce point omniprésentes sur le net que deux médias traditionnels français, LCI et BFM, ont fini par interroger certains analystes et politiques contredisant l'étouffante propagande. Tel l'africaniste Michel Galy qui déclare sur LCI : «Alassane Ouattara est lié depuis 2002 à cette rébellion qui a pris les deux tiers pays et qui instaure un système de racket, de violences continues. Oui, il s'agit d'un régime de la terreur qui prouve, à mon sens, que les élections n'y sont pas valables». En soulignant l'incontestable fraude électorale massive commise au nord, Galy torpille la propagande médiatique décrivant un président injustement floué d'une «victoire démocratique» par un «dictateur qui s'accroche au pouvoir».

L'émancipation ou l'asservissement

Sur le «rôle ambigu de la France» dans l'arrestation de Laurent Gbagbo, l'ex-délégué à l'Afrique du PS, Guy Labertit tord aussi le cou aux complaisances journalistiques : «Il n'y a hélas aucune ambiguïté : ce sont les rafales des hélicoptères Licorne qui ont mis à mal le portail de la résidence et ce sont des chars français qui sont entrés dans la Résidence. Le général qui a remis son arme, en signe de réédition, l'a remis à un Français de la force Licorne. Donc, il n'y a aucune ambiguïté : ce sont bien les éléments de la Force Licorne qui sont allés chercher M. Gbagbo pour le remettre aux force de M. Ouattara».

Et le socialiste français d'offrir une lecture chronologique longtemps absente d'antenne concernant le «tyran» Gbagbo : «Depuis que M. Gbagbo a été élu en 2000, il n'a cessé d'être déstabilisé. Il faut savoir que ceux qui l'emportent aujourd'hui sont ceux qui ont organisé le coup d'État en 2002 et je crois que ceux qui ont pris les armes sont ceux qui ont eu besoin de la France pour aller chercher M. Gbagbo. J'ajoute que si Laurent Gbagbo n'a pas bougé depuis le mois de décembre, c'est parce que ces élections ont été truquées au nord (du pays) et il a raison de dire qu'il n'a pas perdu ces élections. Mais ça, c'est l'Histoire qui le montrera».

Hormis un éternel catalogue d'injonctions pénalisantes ou des bombes sur la gueule en cas d'opposition, que peut encore attendre l'Afrique des puissances occidentales (France, UE, USA et ONU) ? Après le hold-up électoral ivoirien; après ces milliers de civils bombardés et ces nettoyages ethniques encouragés; après l'humiliante arrestation des époux Gbagbo faisant le tour du monde. Images qui - pour tout africain indépendamment de ses convictions - présente d'horribles similitudes avec celles de l'arrestation de Patrice Lumumba au Congo, il y a un demi-siècle... Héritière peu repentante de la Traite négrière, actrice d'un interminable colonialisme, assumé ou masqué, la France de Sarkozy est définitivement entrée dans l'Histoire. Et poursuit avec morgue ses mystifications et ses massacres rentables afin de conserver la rente de pillage de son «pré carré».

Le retour «décomplexé» de l'impérialisme français, avec son maître nord-américain en embuscade, place les Ivoiriens et les populations d'Afrique face à un devoir de lucidité. Avec pour horizon, une seule alternative au regard de siècles d'Histoire. L'émancipation par tous les moyens nécessaires ou la perpétuation d'un asservissement modernisé ? Pour celles et ceux qui aspirent à l'accession d'une indépendance démocratique, garante d'un développement et d'une prospérité économiques, il n'y a plus 36 échappatoires ! Mais un seul chemin. Sur lequel se scande un mot d'ordre révolutionnaire forgé par le peuple tunisien : «Sarkozy, Obama, Ouattara, dégagez d'Afrique !».

Olivier Mukuna in michelcollon.info, le 12 avril 2011

Publié dans Côte d'Ivoire

Commenter cet article

TSAN MINALA 20/04/2011 11:31



J'ai lu avec beaucoup d'intérêt le papier commis par M. Olivier Nukuna. C'est dommage que l'on sorte du cadre de l'analyse froide et scientifique pour déverser des torrents d'injures,
d'imprécations aux accents marxistes-léninistes qui rappellent la bonne vieille littérature des années 60-70 du temps de la résistance de l'UPC ou du Parti Congolais du Travail. Le mur de
Berlin est tombé, et le marxisme avec. Aujourdh'ui, il faut s'inscrire dans la marche du monde et ne plus retourner en enfance en adoptant une posture masochiste accusant à tout vent l'occident.


Méditez cette vieille chanson populaire datant de la révolution française popularisée par Victor Hugo dans Nôtre-Dame de Paris:


"Je suis tombé à terre,


C'est la faute à Voltaire,


Je suis tombé dans le ruisseau,


C'est la faute à Rousseau".


Non Serge, arrêtons d'être nombrilistes et d'accuser toujours la France et la prétendue communauté internationale alors que laa réalité est là, cruelle : Gbagbo lui-même ne se défend pas parce
qu'il sait qu'il a été un usurpateur qui s'est fait roi au mépris de la volonté du peuple Ivoirien. C'est faire insulte aux électeurs Ivoiriens qui ont accordé plus de 49% de voix à Ouattara
(selon la thèse du Conseil Constitutionnel) de dire qu'ils sont tous du côté de la France et qu'il n'ont pas de souveraineté dans l'expression de leur volonté populaire en faveur d'un candidaat.
On dit aujourd'hui que Ouattara est un agent de l'Occident. C'est vraiment faire preuve de naïveté que de croire que l'on puisse se faire élire de nos jours sans avoir de soutien. On dit de
Sarkozy qu'il est l'Agent du MEDEF, mais il a bien obtenu les suffrages de la majorité des français quoiqu'on en dise. Il en était de même de G. Bush (le prétendu sot et inculte) qui était
soutenu par le complexe militaro-industriel des neo-cons favorables à la guerre en Irak et qui l'a emporté faace au très intelligent et cultivé Al Gore.


La réalité aujourd'hui rattraape tous les acteur de la scène politique ivoirienne. Ils savent tous que c'est Ouattara qui a gagné et là dessus, personne de tout bord ne retrouve rien à redire,
même dans le camp présidentiel. Quand on écoute Affi Nguessan et les autres, ils ne parlent plus de respect de la Constitution parce qu'ils savent le rôle trouble de hold-up joué par le Conseil
Constitutionnel. Plus personne ne parle plus de cet organe alors que c'est ce dernier qui devrait donner son onction légale à la reconnaissance de M. Ouattara comme Président de la République.
Entend-on encore Charles Blé Goudé et les autres de la galaxie patriotiques, tous se sont tus et évanouis dans la nature. C'est à croire qu'ils se sont reveillés comme sortis d'un mauvais rêve en
se disant que diantre faisions-nous dans cette galère dans laquelle Gbagbo nous a entraîné alors qu'il se protégeait ainsi que l'ensemble de toute sa famille, (de la mère aux petits-fils) dans un
bunker à la Adolf Hitler qui a eu le courage de se donner la mort que de souffrir du déshonneur de se faire arrêter de la maanière la plus pitoyable pour un résistant.


Tout cela ne dédouane certes pas la France dans son rôle de puissance néo-colonialiste. Mais c'est bien de notre faute si les français sont intervenus dans le jeu. Avant, il y a eu les médiations
de toutes les instances africaines régionales et sous-régionales en vain. Gbagbo n'a pas voulu entendre raison et épargner la vie de ses concitoyens, préserver la paix et le développement de son
pays et éviter une sortie des plus humiliantes. L'histoire nous enseignera sur la nature réelle de Laurent Gbagbo. Pouvoiriste ou patriote et nationaliste. A propos de patriotisme, méditez cette
célèbre phrase de Giscard à Mitterand au cours du face-à-face télévisé de 1974 : vous n'avez pas le monopole du coeur. J'ai comme vous, un coeur qui bât à gauche. Ouattara a aussi comme Gbagbo,
un Coeur qui bât à gauche. En définitive, on peut penser que tous les dirigeants africains sont tous des anti-nationalistes (en dehors du Président Gambien qui ne reconnaît pas Ouattara alors que
Gbagbo lui-même s'est incliné) parce qu'ils ont dans la quasi unanimité reconnu et félicité Ouattara. Le Cameroun traîne encore les pieds comme d'habitude et louvoie. On le comprend bien quand on
dresse un parallèle entre le rôle joué par le Conseil Constitutionnel ivoirien et celui que l'on veut faire jouer au nôtre dans la perspective de la prochaine présidentielle. Elections Cameroon
(le pendant de la CEI en Côte-d'Ivoire) ne vas plus publier les tendances comme le faisait le Ministère de l'Administration Territoriale. C'est le Conseil Constitutionnel qui le fera en premier
et dernier ressort, sans voie de recours. A méditer.


Bien amicalement.


 


TSANA MINALA