Côte d'Ivoire: Quand la corruption devient un fléau

Publié le par Mahalia Nteby

koudou-1.jpg

Parfois le changement souhaité change lui-même de cap et produit des faits jamais espérés. C’est en substance le constat que l’on fait de la situation ivoirienne depuis l’arrivée des refondateurs au pouvoir. Un fait, et non des moindres, la corruption, mérite une attention singulière au regard de son ancrage dans la société post-refondation. Dans l’une de nos publications, le Mouvement de Libération de l’Afrique Noire (MLAN) avertissait sur le risque d’une rupture sociale après les efforts pour ramener la paix dans ce pays. En effet, sous le poids d’un gouvernement affairiste dans la deuxième moitié des années 90, on est passé à une élite qui s’est appropriée le patrimoine génétique de la corruption. Il importe donc, de revenir sur les agissements d’une refondation pacotille dont les seuls actes héroïques ne sont que la corruption généralisée au point de devenir un fléau.
 

De l’espoir au rêve d’une révolution avortée 

On peut perdre ses clefs, son temps ou ses illusions, tant que l'on garde espoir... il n'y a pas de quoi s'affoler ! C’est ainsi que les Ivoiriens ont maintenu le cap après la mort d’Houphouët Boigny en 1993 et le coup d’Etat de 1999. Les promesses de quelques marchands d’illusion, de faire de la Côte d’Ivoire, un Etat où l’égalité rimera avec équité, où la promotion ira de paire avec l’effort et où ce sera l’effort qui fera les forts, ont fini par avoir raison d’un peuple déjà désorienté. Les Ivoiriens rêvaient donc d’un pays où l’on ne sera pas considéré par son appartenance religieuse ou ethnique, non plus parce que son père s’appelle tel ou un tel, mais d’un pays où la justice sociale, le droit de l’homme et la paix seront le socle. Comme le temps qui s’écoule si vite pour laisser croire qu’un ordre définitif est enfin établi, la guerre éclate et le naturel revient au galop. Le catéchisme pieux est abandonné au profit des pratiques peu recommandables et infectes. L’école n’est plus l’ascenseur social ou du moins elle est complémentaire d’une poche pleine de monnaie sonnante et trébuchante. Où est passé ce rêve de faire de la Côte d’Ivoire, la petite «Suisse», un Etat prospère où chaque citoyen pourrait reprendre tel un refrain que nous sommes tous égaux en droit ? La paix, si jamais elle existe, ne reposera pas sur la crainte de la guerre mais sur l'amour de la paix, disait Julien Benda, mais peut-on parler de paix lorsqu’on foule au pied la justice sociale ? 

La corruption institutionnalisée en Côte d’Ivoire 

Un dictateur n'est qu'une fiction. Son pouvoir se dissémine en réalité entre de nombreux sous-dictateurs anonymes et irresponsables dont la tyrannie et la corruption deviennent bientôt insupportables. Comme le rappelait Jacques Brillant, "au banquet de la corruption, l'or vaut plus que la foi"! C’est le moins qu’on puisse dire de la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui : la foi en la justice a laissé la place au désordre et au pillage des ressources par une «bourgeoisie compradore». Les actes de corruption en Côte d’Ivoire sont légions. On pourra citer l’affaire des déchets toxiques qui n’a jamais été élucidé, le détournement des 100 milliards dans la filière café-cacao. De même, des détournements de 500 millions et 1 milliard 100 millions ont eu lieu respectivement dans les Universités de Cocody et Bouaké. Cette épidémie qui gagne du terrain a contraint les hommes de Dieu à dénoncer cette flagellation sociale des dirigeants ivoiriens. La déclaration des évêques en témoigne : «au nom et à la faveur de cette même guerre, un petit nombre de citoyens s’accaparent avidement des biens du pays et garantissent leur avenir et celui de leur postérité, pour des générations entières. L’on s’est installé dans l’hypocrisie, le mensonge et la duplicité. Le peuple est pris en otage, victime et souffrant». 

Les Ivoiriens perdent pied dans ce bouillon de confusion et leur vie est si précaire qu’elle se conjugue au présent. Le régime du président Laurent Gbagbo se retrouve sous le feu des critiques, nourries par plusieurs affaires de blanchiment et de détournements de fonds présumés qui suscitent des doutes jusqu'à l'intérieur de son camp. Les vérités dérangeantes du professeur Mamadou Koulibaly sonnent comme un aveu d’impuissance au milieu d’un système dont le seul dessein est l’enrichissement illicite, fiévreux et honteux. La multiplication et l'ampleur des révélations concernant des affaires de corruption ont profondément terni l'image de la classe politique et des milieux économiques. Outre la corruption généralisée, c’est l’insolence et le caractère ostentatoire de «ces pauvres en esprit» qui dérangent. Tandis que les Ivoiriens végètent et vivent comme à l’époque de Zola, certaines personnes, de part leur train de vie, narguent la patience et la sagesse des Ivoiriens. Que dire de la MayBach de monsieur Victor Ecra, un refondateur, ami personnel de Laurent Gbagbo, qui s`est offert une voiture de grand luxe d`une valeur de 505 millions FCFA? Ce mal est d'autant plus grave qu'il se produit dans une période de profonde crise de l'emploi et qu'au même moment, le phénomène d'exclusion repousse à la marge de la société une masse sans cesse croissante de personnes issues de toutes les couches sociales. La Côte d’Ivoire est devenue un pays en état de catatonie avec une corruption assonante. La Côte d’Ivoire est devenue une véritable pétaudière où la classe moyenne et les pauvres sont les recalés de la société. Les ressources du pays doivent être affectées à sa reconstruction au lieu de les dilapider. Point n’est besoin du FMI pour nous rappeler que les ressources disponibles gagneraient à aller à la réhabilitation des routes et autres investissements qui bénéficient directement aux populations. Les questions de racket des forces de l’ordre et de l’unicité des caisses de l’Etat ont été aussi abordées. Le FMI a même réitéré par ailleurs son souhait que l’exécution du budget soit communiquée régulièrement à la population, au moins chaque trimestre afin que chacun sache comment les ressources de l’Etat sont utilisées. Faisons en sorte que cette corruption prenne fin car elle conduit au carriérisme, au népotisme et au favoritisme. 

Où est passée la justice ?

Une radiographie sociologique de la justice ivoirienne est devenue nécessaire afin que la philosophie retrouve sa vocation naturelle de tribunal de la raison politique. Les biens publics sont sacrés et inviolables, il incombe à tout citoyen de les respecter et de les protéger. Tout acte de sabotage, de vandalisme, de corruption, de détournement, de dilapidation ou d’enrichissement illicite doit être réprimé dans la stricte limite de la Constitution. Face à certain train de vie douteux et aux affaires de détournement en Côte d’Ivoire, on se demande si le procureur de la République vit dans ce pays. Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. Monsieur le procureur devrait ouvrir une information judiciaire pour «corruption» et «abus de biens sociaux» à l’encontre de tous ceux qui ont un train de vie dont les revenus d’activité ne le permettent pas. 

Le peuple aura le dernier mot 

Le choc entre ce monde de l'exclusion et celui d'une élite dirigeante partiellement gangrenée par la corruption est porteur de graves conséquences, dont les plus manifestes sont le rejet de toute la sphère politique ou le recours à des formations extrêmes. Les hommes politiques ont tourné le dos aux préoccupations des populations pour poursuivre des buts personnels : l’enrichissement et la corruption. Les Ivoiriens ne sont plus maître de leur émotion, ils sont des joueurs du destin qu’ils n’ont pas choisi. Le peuple de Côte d’Ivoire aura raison des marchands d’illusions le moment venu car la majorité a toujours raison, mais la raison a bien rarement la majorité aux élections. 

Les élections prochaines seront l’occasion pour les oubliés, les exclus, les Ivoiriens d’en bas de choisir celui ou celle qui amènera la Cote d’Ivoire vers le développement équilibré où les enfants de pauvres auront les mêmes chances que les enfants de la Côte d’Ivoire d’en haut. Aucune autorité ne pourra feindre l’innocence vu l’impunité et l’immobilisme face à ces pratiques odieuses et immorales auxquelles une certaine élite ivoirienne s’adonne depuis quelques années. 

Ne nous reposons pas sur nos acquis, mais efforçons-nous de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le cœur et dans l'esprit de chacun. Cette paix tant recherchée, au demeurant, est possible. Mais elle exige que des engagements soient pris et tenus, en conscience. Il s’agit d’œuvrer à la réduction des inégalités. Il est peut-être temps que les autorités ivoiriennes s’emploient à l’éradication d’une corruption qui est nuisible à la croissance et au recul de la pauvreté. Le niveau moral de notre vie n'a rien de commun avec la gravité ou la nature de nos fautes. C'est la manière de se comporter bien ou mal dans le mal aussi bien que dans le bien qui nous classe. Il vous reviendra peuple de Côte d’Ivoire d’ensevelir les actes de quelques arrivistes qui à la faveur de cette douloureuse épreuve ivoirienne, construisent leur fortune sur les cendres de vos souffrances. 

Je signe cette prière au nom du peuple ivoirien. Après avoir connu des nuages chargés de menace, d’injustice et d’angoisse, le soleil brillera mais son éclat dépendra de vous. Je vous convie peuple ivoirien à ramener à leurs désillusions les marchands d’illusion qui ne pourront vendre leur forfaiture que sur des marchés parallèles de la politique. Vous aurez à faire bientôt un choix entre le politicien et l’homme d’Etat car comme le rappelle James Freeman Clarke, la différence entre le politicien et l'homme d'Etat est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération. 

Prao Yao Séraphin, le 04 mars 2008

Publié dans Côte d'Ivoire

Commenter cet article

Quassy 02/03/2011 10:57



0Le constat est amer.


Si la refondation telle que pensée par son maître avait eu un caractere plutot educatif que financier, elle ne serait pas si malade.


LHomme n'est pas coupable mais responsable de ses disciples sans discipline...aide de luxe plutot que savoir.


Si la refondation avait été transportée dans nos ecoles au lieu de la detruire...


si elle ous avait choqué par son ensignement que par son luxe flagrant...elle ne serait pas si malade.


Si elle avait decidé de simplanter dans nos esprits et nous faire comprendre la franceafrique en deversant sa science dans le systeme educatif, apres deux mandats ses illustres defenseurs
seraient nos enfants; 10 ans= CPI en 3è. si un autre disciple venait a reprendre le pouvoir ces enfants de la refondation seraient agés de 20 ans au moins. L'ivoire refondu serait à jamais chose
bonne...et la refondation ne serait pas si malade.


Quant Christophe parlait de refondre, il ne parlait ni dor ni dargent mais du ''moule humain'' rien que cela!



fanta 09/11/2010 18:43


votre article m'a beaucoup plus en effet il y a trop de corruption dans ce pays.mais je pense que vous auriez pu aller plus loin.avant les refondateurs la corruption existait déjà nous savons tous
que le "père fondateur" de ce pays a assurer l'avenir de sa progéniture jusqu'à ses arrières petits enfants.la refondation est venue amplifier le phénomène.cela n'illustre-t-il pas la mentalité de
l'ivoirien lui même.cet ivoirien que vous plaignez tant lorsqu'il se trouve au plus petit poste de responsabilité cherche a se servir lui même d'abord, il ne pense pas aux intérêts de son
pays.l'ivoirien n'a pas pour habitude de se donner pour son pays.il ne travail pas plus que nécessaire et encore! ne dit -t-on pas en cote d'ivoire que "le vendredi on ne dure pas au champs " ou
encore "on ne regarde pas dans la bouche du grilleur d’arachide" ces expressions illustrent la mentalité de l'ivoirien tout cela pour dire que les ivoiriens ont les dirigeants qui les illustre le
mieux.il ne s'agit pas de critiquer seulement ceux qui sont a la tête nous même a notre niveau que faisons nous pour ce pays.quel que soit le gouvernement qui sera mis en place il fera les mêmes
choses.pour en venir aux élections il ne s'agit pas ici de voter un président il s'agit d'éviter qu'un sanguinaire ne vienne diriger ce pays.jusque la les voleur on a su les gérer mais les
génocidaires .......


stéphane 10/08/2010 20:58



Si ce que vous avancez est juste et vrai alors je crois que lors des élections si élections il y a le peuple ivoirien ne sera pas idiot et ignorant comme il l'a été en élisant ces
néo-dictateurs. 


Je crois bien que c'est l'heure de la révolution du peuple ivoirien pour dire leur ras-le-bol à toutes ces vilainetés qu'orchestrent ces miséreux qui s'enrichissent sur le dos de la populace. Je
crois aussi que pour commencer, il serait préférable que monsieur Henri Konan Bédié ne soit plus admis à la candidature présidentielle du fait de ses forfaits passés sinon où se trouve la justice
et l'on comprendra aisément pourquoi le pouvoir en place se permet ces actes hideux.


Réveillez-vous cher(e)s ivoirien(ne)s!



Hervé 01/04/2010 14:42



Votre papier peint la triste réalité de ce merveilleur Pays que l'illustre batisseur de par son génie et sa hauteur de vue nous à laisser en héritage. Chaque génération mène assurement un
combat et l'inscrit dans l'histoire pour les générations suivantes. Malheuresement il se trouve qu'à un moment de l'histoire de ce BEAU PAYS des genérations entières ont decidé décrir la page
laplus triste(je le pense bien) de notre histoire. Ce qui me semble suprenant dans cette histoire, les acteurs et non des moindres( des sois disant Universitaires et leur dechets) étalent chaque
jour leur incapacité à gouverne ce pays. Les ivoiriens attendent des solutions et en lieu place ont leur sert la delation, le mensonge et la cupidité. Et comme les incompétents en ont
l'habitude le responsable tout trouver est FHB ou ADO ou le RHDP ou la France. je pense q'à un moment donner il faut avoir l'honneté de permetre à d'autres ivoiriens parce que ce n'est pas
les compétences qui font defaut de proposer des solutions pour batir la cote d'ivoire dont revait FHB,cette CI rayonnante, prospère et responsable



KONAN K.J.OMER 25/03/2010 18:43


Heureusement que dans cette Cote d'Ivoire,existe encore des hommes qui .Courage à ces genres d'articles qui maintiennent des
consciences incorruptibles en éveil;car c'est par ces actes de denonciations que nous viendront à bout de ces beaux parleurs qui n'ont rien d'autre que le mensonge aux lèvres....suivez mon
régard.Guei Robert (lui aussi aura aidé à dresser le lit aux pilleurs,vendeurs d'illusions)avait raison.....Une chose est
sure et lui qui est Professeur d'histoire connait bien les "fins de ces pouvoirs là"!De l'Europe de l'EST en Amérique Latine en pasant  par l'Afrique centrale,le peuple triomphe
toujours.Que ne nous ont-ils pas dit au lycée ,dans les amphi...cette génération de professeurs nous a tellement menti que nous savons tous qu'ils sont pris dans leurs propres pièges...Moi,je les
connais bien;beaucoup m'ont enseigné depuis le CEG DE Botro,le Lycée II DE BOUAKE et sur le campus.Hors donc ils mentaient tout le temps,eux qui nous faisaient croire que eux feraient mieux..Leure
histoire les rattrape.Merci